Biographies des artistes

Michel Kirch

Michel Kirch naît à Metz en 1959. Il commence par partager sa vie entre carrière médicale et grands voyages initiatiques au cours desquels il découvre la photographie. Les premiers travaux de Michel Kirch sont des instantanés, des captures du réel qui pourtant s’adressent à l’imaginaire, dans une vision onirique.

Après avoir évacué le réel objectif par un regard au parti pris imaginaire, puis par l’abandon de la couleur, c’est enfin l’outil informatique qui libère définitivement Michel Kirch des contraintes du hasard et précise l’intention d’une nouvelle réalité, intérieure et subjective. Les prises de vue initialement en argentique sont scannées et retravaillées de façon picturale. Deux processus désormais sont nécessaires à ses compositions : la prise de vue où l’instinct, l’inconscient, s’exprime dans l’instant, puis le travail sur ordinateur où le conscient prend le relais à la façon d’un peintre. Pour Edgar Morin, qui qualifie Michel Kirch « d’éveilleur », il s’agirait de « méta réalité, dans le sens hégélien, où le dépassement conserve ce qui est dépassé tout en créant une réalité nouvelle ».

Depuis plus de vingt ans, Michel Kirch participe à des expositions en France et à l’étranger, et a reçu nombre de distinctions. Ses œuvres sont exposées en 2013 à l’UNESCO lors de la Global Conference. Sa première monographie, consacrée à son travail « Les Éveillés », paraît en 2014. Il est élu « MONOCHROME PHOTOGRAPHER OF THE YEAR 2016 ». Il est finaliste du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière de l’Académie des Beaux-Arts en 2017. En 2018, en tant que Lauréat du Grand Prix Eurazeo, il expose à la Maison Européenne de la Photographie, puis remporte le Prix de la « BLACK & WHITE CONCEPTUAL PHOTO OF THE YEAR » des MonoVisions Photography Awards. En 2019, Il est l’invité d’honneur du Salon d’Automne, premier photographe ayant reçu cet hommage depuis la création du Salon en 1903. Enfin il est convié à un solo show pour le 40e anniversaire de la Galerie Saphir (Paris 3e).

https://www.michelkirch.com/

Jean-Philippe Pernot

Jean-Philippe Pernot est né en 1966. Il travaille notamment autour du corps, du charnel, bien qu’il aime explorer différents sujets et diverses techniques. Dans ses œuvres le contraste est parfois frappant entre la douceur du corps et sa violence.

Par sa prise de vue photographique très poétique, Jean-Philippe Pernot cherche à dévoiler les diverses mutations qui agitent l’homme et son corps.

Jean-Philippe Pernot propose aussi une réflexion autour de la lumière et emploie toujours des techniques diversifiées pour en étudier toute la variété chromatique.

https://www.jpartlife.com/

Jérôme Delépine

Né en 1977 à Massy, Jérôme Delépine est un peintre et dessinateur français qui vit et travaille dans le Vexin (95). C’est à travers les livres et les estampes de l’atelier d’un ami encadreur qu’il découvre la peinture et sa technique, avec des artistes comme Daumier, Goya ou encore Corot…

Comme lui, de grands artistes ont eu des problèmes de vue : Edgard Degas, Claude Monet… Saisir ce que l’on ne voit pas prend alors tout son sens. Ses références artistiques sont selon lui « les grands fous de l’histoire de l’art, les Maîtres indétrônables ». Il parle du Caravage, de Turner et de Rembrandt. En tant que grand amateur de musique, les notes guident son geste lorsqu’il peint. Chardin a dit « On se sert des couleurs, mais on peint avec le sentiment ». Cette phrase définit parfaitement son travail, gouverné par la lumière qu’il saisit avec justesse et poésie. Certains personnages sont parfois présents, tels des spectres dans une nuée profonde qu’il capte mieux que personne.

Depuis 2003, le travail de Jérôme Delépine lui vaut de nombreuses récompenses, publications et expositions en France et à l’étranger. Il reçoit notamment en 2016 le prix Eddy Rugale Michailov décerné par la fondation Taylor à Paris ainsi que le prix de la Fondation Banque Populaire. Il participe en 2018 à l’exposition « Anthropocène » à la Galerie Joseph (Paris 3e).

Silvère Jarrosson

Silvère Jarrosson, né en 1993 à Paris, est un peintre français. Diplômé de l’Ecole de danse de l’opéra national de Paris, une grave blessure l’oblige à abandonner définitivement sa carrière de danseur. Malgré des séquelles physiques durables, il ne renonce pas à danser : dans la peinture, il trouve un autre moyen de s’exprimer par le corps.

Inspiré par l’abstraction lyrique américaine de la seconde moitié du XXe siècle, son travail abstrait intègre aussi des doutes plus générationnels sur les questions environnementales et technologiques. Suite à une master de biologie au Muséum d’histoire naturelle de Paris, il situe délibérément son travail à la croisée de différentes disciplines artistiques et scientifiques.

En 2018, il travaille avec la Fondation Claude Monet, à Giverny, et l’Académie des beaux-arts de Lettonie, à Riga. Il donne une performance filmée à la Villa Médicis en juin 2019 à l’occasion du festival Villa Aperta. En 2020, il collabore avec la Collection Lambert en Avignon. Il vit et travaille à Paris.

https://www.silverejarrosson.com/

 

Nous contacter

76 rue de la Verrerie
75004 Paris
France
laurent.bellin@automatus.fr